0

En Inde, Modi révèle ses véritables intentions. Il veut que les transactions s’effectuent sans espèces

Par Jim Rickards

Vous savez désormais que le Premier ministre indien, Modi, a décidé que les billets de banques les plus répandus seraient désormais illégaux.

Le gouvernement indien a décrété que les équivalents indiens des billets de 10 $ et 20 $ (1 000 roupies et 500 roupies) n’avaient plus cours légal. Cela a déclenché une vague de panique en Inde : les gens ont échangé leurs billets moyennant une décote de leur valeur nominale, et l’once d’or se vend 500 $ au-dessus de son cours mondial. Les banques ont été fermées, les distributeurs ont dû être reprogrammés, les entreprises ont fermé et des émeutes financières ont éclaté par endroits. Tout au long de cet épisode, les analystes se sont demandé pourquoi Modi avait agi de façon aussi coûteuse et perturbatrice.

A présent, nous connaissons la réponse. Cet article relate les propos de Modi, à savoir qu’il souhaite que la société indienne fonctionne sans espèces. Voici ce qu’il déclare : « Au cours de ces trois dernières semaines, j’ai lancé un appel très fort visant à augmenter les transactions réalisées sans espèces… Aujourd’hui, nous vivons à l’ère des banques et porte-monnaie mobiles… Je suis sûr que la plupart d’entre vous utilise des cartes et des porte-monnaie électroniques régulièrement, mais j’ai pensé que je devais mettre à votre disposition des moyens permettant de réaliser davantage de transactions sans espèces ». 

Autrement dit, Modi ne veut pas seulement s’attaquer au marché noir, il veut que l’Inde évolue vers une société 100% sans espèces… afin que le gouvernement puisse contrôler chaque aspect de la vie des citoyens via l’emprise qu’il exerce sur le système bancaire informatisé. L’Inde est l’un des premiers pays à révéler ses intentions de façon aussi explicite. Et ce ne sera pas le dernier.

Pour conclure cette revue de presse dédiée à la guerre contre le cash, je vous rappelle la pétition lancée sur le sujet par ma collègue Simone Wapler pour lutter contre la suppression du cash, qui est liberticide : http://nonalasocietesanscash.fr/

Aussi « archaïques » puissent-elles paraître, les espèces sont un garde-fou contre la tentation des banques, et des États, de vouloir s’accaparer les richesses des citoyens et de contrôler tous leurs faits et gestes.

C’est pourquoi, Monsieur le Premier ministre, j’exige que votre gouvernement s’engage à prendre d’urgence les mesures suivantes :

  • 1. Les limites aux retraits en espèces ne doivent plus être justifiées que par les nécessités matérielles et non par la volonté des banques de conserver les avoirs des déposants ; les plafonds doivent donc être relevés en conséquence ;
  • 2. Les paiements doivent pouvoir être faits en espèces quel que soit le montant ; les billets émis par la BCE ont cours légal et forcé et doivent donc pouvoir être utilisés en toute circonstance ;
  • 3. Le contrôle des flux financiers doit se limiter aux individus et aux groupes connus pour être potentiellement liés à des réseaux terroristes ou mafieux ; les citoyens honnêtes doivent voir leur vie privée respectée par l’État dans leurs activités économiques.

* champs obligatoires
Je serai tenu au courant de l'évolution de notre action.

 

Conformément à l'article de la loi 'Informatique et Libertés' (art. 34), nous ne transmettons pas vos coordonnées.

Consultez notre politique de confidentialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *